Facebook a secrètement fait pression pour assouplir la loi sur les données à caractère personnel

Facebook a exercé des pressions sur ses intérêts auprès des politiciens européens afin d’atténuer le "trop ​​restrictif"

loi sur les données personnelles. Parmi les documents, ils ont également trouvé une déclaration de l'ancien Premier ministre irlandais, Enda Kenny, qui a souligné que son pays "peut avoir un impact significatif sur l'UE", défendant les intérêts de Facebook, même s'il devait rester formellement neutre.

En outre, la société a utilisé les mémoires féministes de Cheryl Sandberg, la directrice opérationnelle de la société, pour «se rapprocher» des commissaires des femmes de l’UE.

Les documents parus dans les médias proviennent deLa poursuite contre Facebook, enthousiasmée par l’application de développement Six4Three en Californie. Selon lui, Sandberg considère la législation européenne sur la protection des données des utilisateurs comme une "menace critique" pour l'entreprise. Dans une note rédigée à l'issue du sommet économique de Davos en 2013, Sandberg parle de la «lutte acharnée» que la société a menée en Europe.

Les documents incluent également des détails sur"Excellente relation" de l'entreprise avec Enda Kenny. L'Irlande joue un rôle clé dans la réglementation des entreprises technologiques en Europe, son commissaire à la protection des données agissant au nom des 28 États.

Facebook a supprimé le service VPN Onavo, qui collectait les données des utilisateurs à leur insu

Son mémorandum note «appréciation» pourLa décision de Facebook d’installer son siège à Dublin et de déclarer que la nouvelle législation sur la protection des données constitue une "menace pour l’emploi, l’innovation et la croissance économique en Europe". En outre, l'Irlande est prête à assumer la présidence de l'Union européenne et dispose donc de "la capacité d'influencer les décisions de la directive européenne sur les données".

Un porte-parole de Facebook a déclaré que les documents sont touspas encore disponible pour le public, donc ils ne peuvent pas les commenter. "Comme d'autres documents publiés pour contourner le tribunal, ils racontent une partie de l'histoire et ne prennent pas en compte le contexte important de cette affaire."