Cellules souches et électronique combinées dans un nouveau type d'implant neural

Des chercheurs de l'Université de Cambridge ont mis au point un nouveau type d'implant neural qui combine

cellules souches et électronique. Il aidera les amputés et les patients atteints de paralysie. Le dispositif biohybride révolutionnaire peut s'intégrer aux tissus corporels.

Les principaux composants de l'appareil sontcellules souches pluripotentes induites (iPS). Ce sont des cellules humaines adultes (généralement de la peau ou du sang) qui sont reprogrammées en laboratoire pour ressembler à des cellules souches embryonnaires. Ensuite, ils se développent en cellules de tout autre type. Les chercheurs ont utilisé les iPS pour créer des myocytes, les éléments constitutifs du muscle squelettique, et ont été utilisés pour la première fois dans un organisme vivant.

Cellules disposées en grille sur des tableauxmicroélectrodes; si minces qu'ils sont attachés à l'extrémité du nerf. Ainsi, une couche de myocytes est apparue, située entre les électrodes de l'appareil et les tissus vivants. Les chercheurs ont ensuite implanté le dispositif biohybride chez des rats pour les tester. Ils ont attaché le côté en cage de l'appareil aux nerfs cubital et médian sectionnés sur les pattes avant des animaux. Ces nerfs ont été choisis parce qu'ils sont similaires aux lésions des nerfs des membres supérieurs humains et sont associés à une perte de motricité fine et de fonctions sensorielles.

Par rapport au groupe témoin, l'appareilintégré dans le corps du rat et a empêché la formation de tissu cicatriciel. De plus, les cellules dérivées des CSPi ont survécu pendant quatre semaines après l'implantation. C'est la première fois que des cellules survivent dans une expérience à long terme de ce type.